Évasion

BALI EN 5 ÉTAPES #1 : LA PÉNINSULE DE BUKIT

17 juillet 2016
un singe pose devant le temple d'uluwatu sur la péninsule de Bukit thewildpanda

A l’extrême sud de l’île de Bali, Indonésie, un petit bout de terre s’accroche à sa grande sœur. La péninsule de Bukit est une destination touristique extrêmement prisée, d’abord parcequ’elle se situe à quelques dizaines de kilomètres de l’aéroport international de Denpasar, ensuite et surtout parcequ’elle abrite certaines des plus belles plages de l’île. C’est par là qu’avec Julien, nous avons décidé de débuter notre périple qui nous emmènera découvrir pendant 15 jours les merveilles de cette île enchanteresse. Pour revoir notre itinéraire complet, rendez-vous ICI.

|  L’arrivée à Bali

Lorsque notre avion se pose sur la piste de l’Ngurah Rai International Aeroport, la nuit est tombée déjà depuis plusieurs heures. Impossible de deviner les contours de cette île qui nous fait tant rêver.  Nous sommes à la fois fatigués par les 18h de vol que nous venons d’effectuer (sans parler du décalage horaire!) et excités par les aventures indonésiennes qui nous attendent. Notre première mission sera de trouver un taxi qui nous déposera devant notre hôtel, situé à Balangan, un village balnéaire au nord de la péninsule de Bukit.

Arrivés dans le hall, nous apercevons le comptoir des taxis derrière lequel se pressent au moins une vingtaine de chauffeurs qui nous proposent déjà des prix improbables dans un capharnaüm infernal. Heureusement, j’avais bien fait mes devoirs, et je savais que les prix proposés par ces messieurs étaient bien au delà de ce qui se pratique généralement. Nous avons donc joué le bluff et nous sommes dirigés vers la sortie en ne prêtant qu’une oreille distraite à la horde de chauffeurs qui nous suivaient en commençant la négociation. Finalement les prix ont baissé naturellement de moitié et nous nous sommes laissé embarqués par un jeune homme souriant vers le parking. Je vous avoue qu’en montant dans le van de cet inconnu, sans enseigne et sans sigle « taxi », l’inquiétude se lisait sur mon visage. Ce n’est qu’en nous arrêtant devant la grille de notre hôtel, moins de 30 minutes plus tard, que j’ai été rassurée. L’aventure pouvait commencer, mais pas avant une bonne nuit de sommeil!

|  L’hôtel

 L'hôtel FlowerBud de Balangan à Bali et sa piscine à débordement

Sachant que nous allions avoir besoin de prendre un ou deux jours pour buller et nous remettre tranquillement du décalage horaire, nous avions réservé par avance un joli petit hôtel au calme, dans une gamme de prix un peu plus élevée que pour le reste du séjour. Pour tout vous dire, nous avions malgré les recommandations, réservé tous nos hébergements (5 au total) quelques jours avant le départ. 15 jours ce n’est déjà pas très long, alors c’était hors de question pour nous de perdre du temps et de l’énergie à faire des recherches sur place. Et puis ça nous permettait de mieux contrôler notre budget.

Nous voila donc arrivés, en pleine nuit, au charmant Flower Bud Bungalow. Nous découvrons avec plaisir notre bungalow individuel, avec une chambre sous toit (lit king size!) et une salle de bain en extérieur (comme les toilettes). Tout est beau, tout est propre et la douche sous les étoiles me fait déjà de l’œil. Quel bonheur!

Avec le recul, le prix de la chambre (700 000 IDR la nuit) me parait un peu excessif par rapport à ce qu’on a pu voir sur le reste de l’île, mais je vous avoue que la piscine à débordement que l’on a eu la chance d’avoir rien que pour nous était un luxe appréciable. Si vous choisissez cet hôtel lors d’un futur voyage à Bali, n’hésitez pas à demander lors de la réservation un bungalow éloigné de la piscine. Si il y a des familles avec enfants qui n’ont pas les mêmes horaires de réveil que vous, vous risquez d’être ennuyés.

|  La visite du coin

 Les plages de la péninsule de Bukit à Bali Thewildpanda

Afin d’être dans le bain tout de suite (et aussi un peu parcequ’on avait pas d’autre choix), nous avons choisi le mode de transport le plus utilisé par les locaux à Bali: le scooter! La location ne coûte vraiment pas grand chose (50 000 IDR par jour) et il n’y rien de plus pratique pour se frayer un chemin sur toutes les petites routes de l’île. Evidemment c’est Julien qui pilotait (la conduite à gauche, très peu pour moi!) pendant que je prenais mon rôle de co-pilote très au sérieux pour nous guider tout au long de notre périple. La tactique était au point : je chargeais la carte et éventuellement les itinéraires sur google maps grâce au WIFI de l’hôtel puis je suivais notre avancée en mode hors-ligne en déclamant mes indications dès que nécessaire. Ce petit jeu nous a permis de trouver sans difficulté les entrées des différentes plages de la péninsule. Sans ça, ça aurait été beaucoup plus difficile, les panneaux indicateurs n’étant pas leur fort!

Malheureusement il faut que je vous le dise, la visite de toutes les plus belles plages de la péninsule n’est PAS possible en une journée, même en ne s’accordant qu’un plongeon chacun par plage et même en adoptant la position « tout schuss » sur le scoot. Nous en avons donc vu 4 (Balangan, Dreamland, Jimbaran et Uluwatu) toutes aussi belles que différentes les unes des autres, et toutes avec pas mal de vagues. Le paradis des surfeurs.

|  L’attraction touristique

 Coucher de soleil sur le temple uluwatu avec les singes à Bali Thewildpanda
spectacle de danse kecak à uluwatu à bali thewildpanda

Nous avons terminé notre périple à scooter par la visite du temple Uluwatu au coucher de soleil, l’un des plus visité de l’île. Alors oui c’est vrai il y a du monde, beaucoup de monde même, des touristes en grande majorité, mais c’est fou ce que c’était beau. Les couleurs de ce coucher de soleil étaient juste sublimes. La balade est sympathique, beaucoup plus que les singes qui volent tout ce qu’ils trouvent (les lunettes étant leur objet favori). En même temps, il suffit de bien tout ranger dans son sac à dos pour ne pas être embêté.. A la nuit tombée, un spectacle de danse « kecak » est organisé au sein d’un théâtre en plein air. L’entrée est payante et tous les touristes s’y pressent. Nous décidons après quelques hésitations de nous joindre à la foule. Lorsque nous arrivons, le théâtre est plein a craqué et les danseurs ont commencé leur ballet, se mouvant avec grâce  dans leurs costumes somptueux. L’histoire, racontée sans autre son que celui des onomatopées chantées par un coeur uniquement composé d’hommes, est celle de Ramayana, une princesse volée à son prince par un démon. Nous nous sommes laissés transportés par cette expérience, à mille lieux de tout ce qui nous avait été donné de voir en France. Malheureusement, l’irrespect des nombreux spectateurs qui sont partis en plein milieu de la séance nous a gâche la fête. Un conseil, si vous souhaitez assister au spectacle et être bien placés, arrivez tôt!

|  Le souvenir gourmand

Un plateau de fruits de mer et poisson grillé accompagné d’un cocktail de fruits frais et dégusté sous un parasol les pieds dans l’eau, ça ne vous fait pas rêver? Moi si! Et notre premier repas sur l’ïle des Dieux correspondait en tous points à cette description. On a eu la chance d’y goûter sur la plage immense et quasi-déserte ce jour là (au mois de mai) de Dreamland Beach. Côté sud, une poignée de petits resto de plages alignent leurs tables sur le sable doré. Nous en avons choisi une au hasard et c’est en nous avachissant sur nos chaises, main de la main et yeux fermés en direction du soleil, que nous nous sommes enfin sentis en vacances.. Le rêve pouvait devenir réalité.

Prochaine étape, direction Ubud, le cœur culturel de Bali.
logo thewildpanda

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Days Of Camille 25 juillet 2016 at 15:10

    Très belles photos 🙂

    • Reply Cyrielle 25 juillet 2016 at 16:02

      Merci beaucoup Camille! J’aime aussi beaucoup celles que tu nous propose sur ton blog, avec ton univers unique.

    Leave a Reply